lundi 30 juillet 2012

Qu'est ce que l'IMAX?

L'IMAX est un système d'exploitation cinématographique dont les premières origines remonte à l'Exposition Universelle de Montréal de 1967. Cette technologie fut ensuite montrée pour la première fois au grand public en 1970 à l'exposition universelle d'Osaka au Japon avec la projection du film Tiger Child.

Le mot IMAX est la contraction d'Image Maximum. Pour comprendre ce qu'est l'IMAX, il suffit de connaître le principe de base suivant  : Plus la surface de votre film est grande, meilleur sera son potentiel de définition. Quand vous allez voir un film IMAX, vous recevez instantanément une double claque, une première par la taille titanesque de l'écran et une deuxième tout aussi violente par la qualité de l'image proposée, le tout pour un effet immersif et contemplatif optimal!

La technologie IMAX utilise la plus grande taille d'image de toute l'histoire du cinéma. La surface d'une pellicule IMAX est 10 fois plus grande que la pellicule 35mm conventionnelle et 3 fois plus grande qu'un film en 70mm classique. L'image qui apparait à l'écran d'une clarté et d'une netteté à couper le souffle, elle est également plus piquée, plus contrastée, plus riche en couleurs et la profondeur de champ est telle qu'elle nous happe littéralement à l'intérieur du film.





La pellicule 35 mm traditionnelle a quatre perforations par image, ce qui fait 52 images par mètre de bobine. La longueur moyenne d'une bobine 35mm de 90 minutes est de 2,5 km. 

La pellicule IMAX a 15 perforations et elle mesure 70,41 mm de large sur 52,63 mm, c'est pour ça que l'on nomme cette pellicule : pellicule 70 mm/15 perforations (ce qui est différent d'une pellicule 70mm traditionnelle). La longueur moyenne d'une bobine 70mm 15 perforations de 90 minutes est de 22 km.

Contrairement à la pellicule 35mm le son en IMAX est enregistré à part, cela veut dire que la totalité de la surface de la pellicule est dédiée à l'image. Voilà aussi pourquoi l'image IMAX est d'une clarté et d'une netteté incroyable.

Comme la taille de la pellicule est gigantesque, le poid des caméras est lui aussi conséquent. Une caméra IMAX pèse en moyenne 38 kilos, elle nécessite des chariots robustes ou de solides trépieds ainsi que de puissantes des grues. Sur le tournage de The Dark Knight, les techniciens caméramans ont suivi un entrainement pour renforcer leur bras pour pouvoir manier ces monstres. Le prix de ces caméras est également faramineux, il faut compter un demi million de dollar par caméra. 




L'équivalent en résolution numérique de la pellicule 35 mm est de l'ordre de 4K soit 4096 pixels par ligne et 2160 pixels par colonne. Il s'agit d'une résolution quatre fois supérieur à la HD de nos téléviseurs ou de nos ordinateurs qui est de 1920x1080 pixels.

Si en terme de résolution pure, les appareils photographiques numérique ont surpassé les appareils photos argentique, aucune caméra numérique au cinéma n'approche de près ou de loin les résolutions que peuvent atteindre la pellicule 70 mm argentique 15 perforations ou format IMAX.

Pour information la résolution maximale que l'on peut atteindre en digital est de l'ordre de 8K soit 8700x6400pixels, soit huit fois la haute définition classique (1080p). Si l'on veut trouver une équivalent en terme de résolution numérique à la pellicule 70mm/15 perforations on serait sur du 12K soit 12 000 x 8700 pixels sur la pellicule, soit 12 fois la HD actuelle! On ne peut pas la numériser en 12K puisque la résolution numérique la plus élevée ne va pas au delà du 8K, pour regarder un film dans sa plus haute résolution il faut donc que le film soit diffusé sur projecteur IMAX (directement depuis la bobine).


Les projecteurs IMAX et leur fonctionnement

Les projecteurs IMAX sont les projecteurs les plus avancées, les plus puissant, les plus précis et les plus spectaculaires jamais construits. Le mouvement unique du film par "boucle déroulante" lui assure une fiabilité et une performance supérieure à tout ce qui existe sur le marché. Cette boucle fait avancer le film horizontalement dans le projecteur avec un mouvement régulier semblable à celui d'une vague. Pendant la projection, chaque image est positionnée sur des contre-griffes fixes et un vide maintient le film contre l'élément arrière de l'objectif. En conséquence, la stabilité de l'image et la mise au point dépassent les normes habituelles et la durée du film est considérablement prolongée. Les lampes au Xénon de ce type de projecteur sont si puissantes que si elles étaient projetées vers le ciel, on pourrait les voir depuis la lune. Un projecteur IMAX pèse en moyenne plus d'1,5 tonne, on ne peut donc pas les adapter à toutes les cabines de projection.  






De nos jours la majorité des diffusions IMAX se font désormais en numérique et non plus en analogique. Un amalgame qui a su habilement trouver sa place sans alarmer le spectateur lambda. C'est à dire que le film n'est plus projeté directement depuis sa pellicule mais il est numérisé et devient un fichier informatique dans un disque dur. On parle dès lors d'IMAX Digital et non plus d'IMAX 70mm. Même les films non IMAX sont désormais fournit au cinéma sur des disques durs. C'est ce que l'on appelle un Digital Cinema Package (DCP) c'est l'équivalent en cinéma numérique de la copie de la projection qui en cinéma traditionnel se présentait sous la forme de bobines de film argentique de 35 mm. Un DCP se compose d'un ensemble de fichiers informatiques comme les images, les sons, les sous-titres, les méta-données qui vont être stockés sur un disque dur et joués dans la cabine de projection par un lecteur de DCP, couplé à un projecteur numérique. Habituellement les DCP sont en 2K, le 4K ne vas pas tarder.

Les DCP remplacent les bobines dans les cabines de projection

Pourquoi n'y a-t-il pas plus de projecteurs IMAX dans les cinémas :


Tout d'abord on l'a vu plus haut la taille et le poids de ce procédé de projection n’est pas du tout adaptable à toutes les cabines de projection. Un projecteur IMAX mesure 178 cm de large sur 195cm de long et pèse plus de 1,8 tonnes. La fabrication de ces projecteurs est aussi hors de prix. Sans compter ensuite le coût prohibitif des copies IMAX. Là où il faut compter 1000 euros en moyenne pour avoir une copie 35 mm classique, 200 euros pour une copie numérique, c'est à dire avoir le film encodé sur un disque dur, il faut débourser plus de 20 000 euros pour avoir une copie IMAX. Tous les studios ne sont pas prêts à payer aussi cher en frais de distribution. 

Clarification sur le format IMAX 


On observe une confusion du public à propos de la technologie IMAX. Pourquoi?

- Première raison : le mot IMAX définit plusieurs choses.
L'IMAX est en effet à la fois un format d'enregistrement : on capture les images à l'aide de caméras 70mm 15 perforations et c'est à la fois un format de diffusion : on diffuse le film sur projecteur IMAX
Ensuite depuis ces dernières années, on s'est mis a parlé d'IMAX DIGITAL, IMAX 3D, sans vraiment expliquer au public ce qu'était vraiment ces technologies.
- Deuxième raison : Les producteurs et les distributeurs utilisent le mot IMAX à tout bout de champ comme principal argument commercial.


Aujourd'hui il existe plusieurs sortes d'IMAX :

L'IMAX  2D : L'IMAX d'origine qui fournit la grande qualité d'images au cinéma. Les films sont tournés avec des caméras spécifiques avec des pellicules argentique 70mm en 15 perforations.

L'IMAX 3D : C'est exactement la même chose sauf que les images ont du relief. Il s'agit de caméras 70mm/15 per en vision stéréoscopique. Les deux pellicules sont ensuite projetées simultanément sur l'écran. Le tout premier système IMAX 3D fut inauguré en 1986 au Pavillon lors de l'Exposition universelle de Vancouver. L'inconvénient c'est que la caméra pèse près de 113 kg ce qui rend très complexe les prises de vues sur le terrain. Les Ailes du Courage que l'on peut voir au Futuroscope de Poitier est le premier film tourné en IMAX 3D.

L'IMAX DMR (Digital Re-Mastering) : C'est un procédé de remasterisation de films à la norme IMAX : Ce sont à l'origine des films qui ne sont PAS tournés en IMAX, ils sont tournés soit en 35mm soit en numérique. Une fois qu'un  film a été tourné, il est confié à la société IMAX qui elle va transformer par ordinateur chaque image du film au format IMAX. Plus précisément cette société va optimiser la taille des images une par une pour qu'elles puissent être projetées sur des écrans géans. Cette société arrive par des procédés secrets à enlever complètement le grain de l'image. Ils obtiennent alors une image cristalline d'une netteté incroyable, ils vont retravaillés les couleurs, retravailler le son… Une fois que tout ce travail est fait, ils vont transposer le film sur pellicule IMAX.

L'IMAX DMR 3D : Long métrage en 35mm ou en numérique transposé au format IMAX DMR et qui contient en plus des scènes 3D. Superman Returns fut le premier film IMAX DMR 3D de l'histoire.

Tous les blockbusters hollywoodiens que l'on nous a vendu ces dernières années comme étant tourné en IMAX sont en réalité des films IMAX DMR ou DMR 3D. C'est le cas des films Prometheus, The Amazing Spiderman, Men in Black 3, Avengers, Harry Potter 7, Tron Legacy, Thor, Avatar, Inception, Alice aux Pays des Merveilles, Iron Man 2, Pirates des Caraïbes 3, Matrix Reloaded, ou encore V pour Vendetta… Tous ces fillms ne sont en aucun cas des films IMAX. Leur image est certes plus grande qu'un film 35mm classique puisqu'elle est extrapolée numériquement mais leur résolution et le nombre de détails affiché à l'écran n'équivaut en rien le vrai format de l'IMAX 70mm/15 perforations et comme ils sont en plus projetés au cinéma sur les mêmes projecteurs que les films classiques cela ne sert strictement à rien. Les puristes et les connaisseurs ont trouvé un nom à cette technique de remasterisation qui consiste à faire croire aux gens qu'ils vont pouvoir regarder des films IMAX, ils ont appelé ça LIE MAX, ce qui signifie mensonge maximal!

De plus, transformer un film 35mm au format IMAX peut avoir en plus un gros inconvénient, celui de ne pas respecter le format original du film souhaité par l'auteur. L'IMAX est un format de prise de vue dont le ratio est de 1,33 environ. Or les productions hollywoodiennes sont tournées soit en 2.40, soit en 1.85, soit en HD 1.78 (Avatar). Se pose alors le problème de respect de l'intégrité de l'oeuvre originale. 




Les gens qui sont allés voir le film 300 en IMAX au cinéma par exemple ont perdu une grande parti de l'image puisque ce n'était pas le ratio prévu par le réalisateur. En agrandissant l'image au format Imax, on la coupe et on perd presque la moitié de l'image. 

Malheureusement, l'IMAX DMR est le nouvel eldorado de la société canadienne IMAX et d'Hollywood. N'importe quel film peut désormais être transformé en "IMAX" et du coup ce mot ne veut plus rien dire. Même Le Roi Lion ou Titanic ressorte en IMAX alors qu'ils n'ont jamais été tourné dans ce format... Ce mot IMAX qui à l'origine décrivait une qualité de fabrication et de projection n'est désormais plus qu'une marque dont le prestige repose sur le nom et le nombre des films hollywoodiens labellisés. Le pire dans toute cette histoire c'est que le public est tellement ignare qu'il se laisse convaincre par cette pseudo qualité et accepte de débourser plus chère pour au final de voir aucune différence. On induit en erreur le spectateur et lui, soit il ne se rend compte de rien, soit il s'en contrefou! C'est exactement la même chose avec la 3D. Tous les films que l'on nous vend soi-disant comme étant tournés 3D, ne sont en réalité que des films tournés en 2D que l'on a converti ensuite en 3D. C'est le cas de tous ces films comme The Avengers, Men In Black 3, John Carter, Harry Potter… En fait quasiment à chaque fois que vous payez pour allez voir un film 3D cela n'en ai pas un.

Pour qu'un film soit tourné en trois 3D il faut qu'il soit tourné avec des caméras stéréoscopiques. La scène est alors enregistrée sur une caméra dotée de deux capteurs optiques (au lieu d'un) captant une même scène mais d'un point de vue légèrement différent comme notre oeil gauche et notre oeil droit. La distance intercalaire entre les deux capteurs optiques correspond généralement à la distance entre les pupilles de nos deux yeux, environs 65 millimètres. Ensuite en mettant des lunettes 3D on a vraiment une impression de relief et de profondeur dans l'image.

Les films d'animation en images de synthèse (Raiponce, Happy Feet, Cars 2, Kung Fu Panda, Le Drole Noël de Scrooge) qui sortent en 3D sont par contre de la vrai 3D puisque tout est fait par ordinateur. En revanche pour tous les autres films à part Avatar, Transformers 3 ou le Hobbit de Peter Jackson qui n'est pas encore sorti, aucun film n'est réellement tourné en trois dimensions, ce n'est que de la bidouille après tournage!

En résumé, allez voir un film IMAX aujourd'hui c'est juste avoir une image plus grande sur un écran plus grand mais ce n'est en aucun cas avoir une image plus nette, plus riche, plus détaillée et plus colorée. De manière plus générale, regarder un film hollywoodien dans une salle de cinéma en France c'est exactement comme faire une ballade en Ferrari, c'est dépaysant, assez spectaculaire, le problème c'est que cette Ferrari roule en ville... Est-ce que c'est à 50km/h qu'on apprécie vraiment ce qu'est une Ferrari? Je ne pense pas... J'aimerais qu'on puisse enfin voir et apprécier un film en France avec tout son potentiel, le voir tel qu'il a été conçu et pensé par son réalisateur et son équipe.


Films d'Hollywood en IMAX :

Au 21e siècle, seulement quatre films hollywoodiens contiennent des scènes tournées en IMAX (70mm/15 perf) c'est le cas de The Dark Knight sorti en 2008 qui fut le premier film d'Hollywood partiellement tourné en IMAX, Transformers 2, Mission Impossible 4 et The Dark Knight Rises. Certains sites dont Wikipedia mentionnent que certaines scènes d'Inception ont été tourné en IMAX 70mm/15 perf hors c'est faux! Le film a été tourné en 35mm  avec certaines scènes tournées en négatif 65mm 5 perforations (tiré en 70 mm) et VistaVision (35 mm 8 perforations non anamorphique).

Malheureusement même ces quatre films lors de leur sorti en salle ne sont pas montrés à leur juste valeur…Pourquoi? Pour avoir une qualité optimale au cinéma et pour pouvoir bénéficier de toute la richesse du vrai format IMAX, il faut deux choses, soit diffuser le film directement sur sa pellicule 70mm/15 perf à l'aide de projecteur IMAX (trop couteux pour 99,9% des cinémas), soit il faut numériser la pellicule et diffuser sa copie digitalisée sur un support numérique. Aujourd'hui, la majorité des films sont diffusés en numérique à l'aide de projecteurs 2K (2048/1080 pixels, soit deux fois la HD) c'est le cas en France depuis 2006. Lorsqu'il s'agit d'une projection IMAX, les films sont chez nous projetés à l'aide de deux projecteurs 2K modifiés, ce qui n'apporte strictement rien par rapport une projection numérique classique. La qualité n'est absolument pas supérieure et vous payez dans le vent. Allez voir un film tourné avec des scènes IMAX dans une salle en France reviens à peu près à regarder un dvd sur un rétroprojecteur, cela n'apporte rien d'extraordinaire. 




Certains cinémas de pointe projettent les films avec des projecteurs 4K (4 fois la HD). Pour profiter de la richesse de détails d'un film IMAX il faudrait qu'il soit diffusé au minimum sur deux projecteurs 4K (4096*2160), au mieux avec des projecteurs 8K. Malheureusement numériser un film en 8K (faire un master 8K) est tout bonnement chronophage même pour Hollywood que ce soit en terme d'heures et de budgets. Au niveau de la projection, les cinémas sont incapables de se payer des projecteurs 8K. Les salles IMAX françaises vont commencer à se munir de projecteurs 4K à partir de la fin de l'année 2013. Selon le dernier recensement de la CST estime aujourd'hui à une centaine le nombre de salles équipes en projection 4K en France (Pathé Carré de Soie à Lyon, à Paris il y a le MK2 Bibliothèque, le Studio 28, le Gaumont Marignan, le Gaumont Disney Village...) Après, les films dans certaines de ces salles sont bien projetés en 4K mais les écrans ne sont pas IMAX...

Les seuls cinémas en France équipés d'une VRAIE projection IMAX sur pellicule argentique de 70mm à 15 perforations sur des écrans immenses sont La Géode à Paris (2D), le Futuroscope de Poitiers (2D et 3D) et la Cité de l'Espace de Toulouse (2D, 3D). Le Théatre Gaumont de Disney Village à Paris n'en fait plus parti puisqu'il a remplacé ces projecteurs 70mm/15perforations par des projecteurs numériques 2K modifiés (qualité 6 fois inférieure). Le Futuroscope de Poitiers est le seul endroit au monde où l'on peut trouver une telle concentration de salles Imax (il y a le Kinémax, l'Omnimax le Tapis Magique, L'IMAX 3D, L'IMAX 3D Dynamique et le Solido qui réunit les technologies de l'IMAX Dome (l'Omnimax) alliées à la double projection 3D. C'est d'ailleurs la seule salle au monde qui présente cette technologie au public.

En résumé pour bénéficier d'une image extraordinaire en regardant un film, il faut que le film ai été tourné en pellicule 70mm/15 perforations et qu'il soit diffusé avec des projecteurs IMAX. Des origines du cinéma jusqu'à nos jours aucun autre format de tournage n'arrive à la cheville du véritable format IMAX. La douloureuse contrepartie c'est que les caméras IMAX sont très lourdes et très limitées en autonomie, en effet leur mécanisme entraîne une très grande quantité de pellicule chaque seconde. Un chargeur de 150 mètres de bobines assure en IMAX seulement 90 secondes d'enregistrement alors qu'en 35 mm un chargeur de 300 mètres assure approximativement 11 minutes d'enregistrements. Utiliser un format de pellicule rare fait que chaque minute de tournage dans ce format coûte en moyenne trois fois plus chère que le 35mm à la captation comme à la post production. Le film Avatar est l'un des plus chers du cinéma, il a couté plus de 387 millions de dollars et à rapporter plus de 2 milliards 782 millions de dollars, ce qui reste à ce jour le plus grand succès de toute l'histoire du cinéma. Pour information, tourner Avatar en 70mm/15 perforations aurait couté au minimum plus de 3 milliards de dollars. Le premier blockbuster tourné entièrement au format IMAX n'est donc pas prêt d'arriver.

Voilà pourquoi pour le moment les réalisateurs doivent se contenter de quelques scènes en IMAX. 
- Transformers 2 : La Revanche a 9 minutes tournés en IMAX
- Mission Impossible 4 a 25 minutes tournés en IMAX
- The Dark Knight a 28 minutes  tournés en IMAX
- The Dark Knight Rises a 72 minutes tournés en IMAX

The Dark Knight Rises est le premier film d'Holywood à contenir plus d'une heure de scènes tournées en 70mm 15 perforations, c'est tout simplement incroyable!

Ce qui est triste c'est que le 70mm/15 perforations ne va encore durer bien longtemps puisqu'il se fait partout petit à petit remplacer par des projecteurs numériques bien moins couteux comme au Gaumont Disney Village. J'espère qu'on pourra toujours continuer à trouver cette technologie qui reste inégalée dans les parcs à thème, les cités des sciences, les musées ou certains cinémas de puristes. Le tout numérique semble être désormais inévitable… Le Futuroscope a remplacé les projecteurs argentiques de son attraction phare La Vienne Dynamique par des projecteurs numériques 4K qui prennent beaucoup moins de place et qui n'ont pas besoin d'autant d'entretien. Malgré son coté impressionnant, l'IMAX a toujours eu une popularité très limitée. Le dôme IMAX du quartier de la Défense à Paris qui avait le plus grand écran hémisphérique de 180° au monde s'est vu obligé de fermer ses portes en 2000, faute d'un nombre de spectateurs suffisant. En effet, la plupart des spectateurs ne s'intéressent que moyennement à la majorité des films IMAX qui sont des documentaires ou des docu-fictions. Des réalisateurs comme Christopher Nolan ou Michael Bay qui propose du vrai IMAX réussiront peut être à faire changer la donne, contrairement à l'IMAX DMR qui n'est rien d'autre qu'un nuage de fumée... 


Films tournés entièrement en IMAX 

A notre époque, on a vu que seulement 4 films d'Hollywood présentent de véritables scènes IMAX. Cependant, il existe bel et bien des films tournés entièrement en IMAX, 70 mm 15 perforations, c'est le cas de bons nombre de documentaires dont le plus connu est Baraka.


Mise à jour 2019


Petite annecdote : 

Le prix d'une caméra IMAX est d'un demi-million de dollars et il n'existe que 26 dans le monde. Elles sont généralement louées à Holywood 16 000 dollars la semaine par la société IMAX. Christopher Nolan qui affection tout particulièrement de tourner en pellicule et encore plus en IMAX a détruire deux de ces caméras. La première à cause de la doubleuse de Catwoman dans The Dark Knight Rises qui a explosé une caméra IMAX avec la moto de Batman. La deuxième caméra IMAX a été détruite sur le film Dunkerke, elle était placée dans un avion qui était sur l'eau et l'avion a coulé au fond de l'océan emportant avec elle la caméra. Le directeur photo néerlando-suédois Hoyte van Hoytema, qui est l'un des plus grands directeurs photo du monde (Spectre, Interstellar) explique ce qui s'est passé.

Nouveaux films tournés en partie en IMAX

De nouveaux films géniaux tournés en partie en IMAX sont sorties depuis que j'ai écris cet article en 2012. Les scènes IMAX de chacun de ces films ont été tourné avec la caméra IMAX MSM 9802 Camera. 

- Hunger Games : L'Embrasement en 2013 : 48 minutes d'IMAX pour la scène dans l'arène
- Interstellar en 2014 : 66 minutes en IMAX (avec le 70mm 15 perforations) soit 39% du film ; le reste du film en pellicule 35 mm avec la meilleure caméra film du marché : la Panavision Panaflex Millennium XL2. 
- Star Wars : Le Réveil de la Force en 2015, (une seule scène de  5 minutes avec le Falcon)
- Batman v Superman : L'Aube de la Justice en 2016 : 25 minutes tournés en IMAX
- Star Trek Into Darkness : 9 minutes d'IMAX 
- Dunkerque en 2017 : plus de 100 minutes (soit 75% du film)


Naissance d'un IMAX numérique 65mm avec la Arri Alexa 65

En 2015, j'ai pu voir The Revenant lors de sa sortie en projection IMAX au Pathé d'Ivry sur Seine et ce fut ma plus grosse claque visuelle dans un cinéma avec Avengers Endgame. The Revenant pourtant n'a pas été tourné en IMAX mais projeté seulement en IMAX. La captation du film en revanche a été fait en numérique dans un format approchant les caractéristiques du vrai IMAX, c'est à dire la pellicule 70mm 15 perforation. The Revenant a été tourné avec la meilleure caméra numérique du monde à savoir la caméra Arri Alexa 65. Son capteur de 65mm à une résolution de 6,5k, soit 6560 pixels de large par 3102 pixel de haut. On pourrait donc parler ici d'IMAX numérique ou d'IMAX numérique 65mm. Ce format de caméras est bien plus pratique et bien moins cher que de louer des caméras IMAX à pellicule 70mm. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle on peut tourner avec cette nouvelle caméra l'intégralité d'un film, comme ce fut le cas sur Avengers Infinity Wars et Avengers Endgame. Cette caméra a initialement utilisé pour 17 minutes dans Captain America Civil War avec la scène où tous les super-héros s'affrontent dans un un aéroport.

Pour vous donner une idée de la taille phénoménale du capteur de la Arri Alexa 65, je vais vous la comparer à la principale caméra utilisée sur la trilogie du Hobbit. Peter Jackson qui a adoré dans ses "Behind the scenes" ou "appentices" mettre en avant les caméras numérique qu'il a utilisé (en leur donnant notamment des noms de personnes qu'il a aimé), a utilisé sur le tournage du Hobbit des caméras Red Epic qui ont des capteurs de la même taille que la Red Dragon. La résolution du capteur de la Red Dragon est de 6144x3160, donc un peu moins important que la Arri Alexa 65. En revanche, là où la Arri Alexa 65 atomise la Red Dragon, ce n'est pas tant en résolution mais en taille de capteur! Tout spécialiste de l'image sait que ce qui compte le plus n'est pas la résolution (c'est à dire le nombre de pixels couvert par un capteur) mais la taille du capteur. La Red Dragon n'est qu'une caméra 35mm là où là Arri Alexa 65 est une caméra 65mm. Là où la Alexa 65 a un capteur de 54,12 mm x 25,59 mm le capteur numérique de la Red Dragon ne fait que 30,7mm par 15 mm.




Taille des capteurs des meilleures caméras numérique d'Hollywood 

Bord gris : taille du capteur de la caméra de Oblivion, After Earth ou encore Lucy
Bord jaune : taille du capteur de la caméra de Blade Runner 2049, Black Panther, Hunger Game - La Révolte, Partie 1 et 2, Birdman, Les Gardiens de la Galaxies ou encore X-Men : Days of Future Past
Bord rouge : taille du capteur de la caméra du Hobbit
Bord noir clair : taille du capteur de l'une des caméras de Transformers 4 : L'Âge de l'extinction 
Bord bleu : taille du capteur de la caméra de The Revenant, Avengers Infinty War & Avengers Endgame
Une caméra impressionnante n'est pas dans ce comparatif. La Millenium DXL2 de Panavision équipée d'un capteur 8K Red Monstro VistaVision avec une taille de capteur de 40x21mm. Cette caméra a notamment été utilisé sur Mission Impossible- Fallout qui a également utilisé des Arri Alexa 65, des Arri Alexa XT et tout un autre panel de caméras.





jeudi 19 juillet 2012

Les plus belles directions photographiques de films


Il y a des films dont les scènes sont tellement magnifiques que l'on pourrait les regarder sans le son. Voici une liste non exhaustive des plus beaux films à voir avant de mourir. Attention je ne parle pas de l'histoire mais bien de la photographie, c'est à dire le rendu esthétique des images que l'on peut voir à l'écran. 


(Ajout 2016) Films tournés entièrement en lumière naturelle :



The Revenant de Alejandro González Iñárritu


Films tournés en très grande partie en lumière naturelle :

Le Secret des Poignards Volants de Zhang Yimou
Hero de Zhang Yimou
La Ligne Rouge de Terrence Malick
Le Nouveau Monde de Terrence Malick
Orgueil et Préjugés de Joe Wright
Légendes  d'Automne d'Edward Zwick
Le Dernier des Mohicans de Michael Mann
The Patriot de Roland Emmerich
Les Moissons du Ciel de Terence Malick
Blood Diamond de Edward Zwick
Forrest Gump de Robert Zemeckis 
L'Arbre de Julie Bertuccelli
Thelma et Louise de Ridley Scott
The Constant Gardener de Fernando Meirelles
L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford de Roger Deakins 
Reviens Moi de Joe Wright
Les Ailes de la Colombe de Iain Softley 
Un Jour de Lone Scherfig
The Fall de Tarsem Singh

Films tournés en grande partie en lumière naturelle (suite) :

Casino Royale de Martin Campell
Skyfall de Sam Mendès
Lord of War d'Andrew Niccol
Le Masque de Zorro de Martin Campbell
Kingdom of Heaven de Ridley Scott


Tigre et Dragon d'Ang Lee
Les Trois Royaumes de John Woo
Pirates des Caraïbes (la trilogie) de Gore Berbinski
Le Seigneur des anneaux (la trilogie) de Peter Jackson
Troie de Wolgang Petersen
Le Dernier Samouraï de Edward Zwick
Braveheart de Mel Gibson
Robin des Bois de Ridley Scott
Spy Game - Jeu d'espion de Tony Scott
Into the Wild de Sean Penn
Les Insurgés de Edward Zwick
No Country for Old Men des Frères Coen
Sur la Route de Walter Salles
Out of Africa de Clint Eastwood
La Plage de Danny Boyle
L'Envolée Sauvage de Carroll Ballard
Reviens-moi de Joel Wright
Mémoires d'une Geisha de Rob Marshall
Le Dernier Roi d'Ecosse de Kevin Macdonald
Les Larmes du Soleil d'Antoine Fuqua
La Ligne Verte de Frank Darabont
L'Etrange Histoire de Benjamin Button de David Fincher 
Sur la Route de Walter Salles
Pearl Harbour de Michael Bay
Lara Croft : Le Berceau de la vie de Jan de Bont
Les Autres d'Alejandro Amenabar


Films noir et blanc :

Persona de Ingmar Bergman
Dead Man de Jim Karmusch


Films tournés en grande partie en lumière artificielle :

Matrix des Frère Wachowski
Watchmen de Zack Snyder 
Shutter Island de Martin Scorcese 
Inglorious Basterds de Quentin Tarentino 
Fight Club de David Fincher 
Seven de David Fincher 
Drive de Nicolas Winding Refn 
Collateral de Michael Mann
Snatch de Guy Ritchie
Bons Baisers de Bruges de Martin McDonagh
V pour Vendetta des frères Wachowski
L'Illusioniste de Dick Pope
L'Echange de Clint Eastwood
Minority Report de Steven Spielbergh
Sherlock Holmes de Guy Ritchie
Underworld de Mans Marlind 
Harry Potter et le Prince de sang-mêlé de David Yates
King Kong de Peter Jackson
L'Odyssée de Pi de Ang Lee


Film tourné avec autant de lumières artificielles que naturelles :

The Island de Michael Bay
Sept Vies de Gabriele Muccino  





La nuit au cinéma


La nuit au cinéma

C'est généralement le seul moment dans un film où le spectateur est capable d'accepter des constructions de lumière un peu farfelu pour la simple et bonne raison qu'il est difficile pour les cinéastes de peindre la réalité de ce que voit l'homme une fois le soleil couché. En effet, malgré tous les projets technologiques, l'oeil humain voit beaucoup mieux les scènes de nuit que les meilleures caméras. Le spectateur accepte aussi de se laisser surprendre par des éclairages de nuit car une vision qui se bornerait à reproduire l'obscurité "totale" de la nuit n'aurait pas beaucoup d'intérêt. Premièrement les scènes ne seraient pas intéressantes en terme de rendu et deuxièmement le spectateur ne verrait plus rien. Il ne faut pas oublier qu'à la base les gens viennent au cinéma pour voir quelque chose, si tout le film se passer de nuit avec un traitement de nuit comme dans la réalité, le cinéma n'aura probablement plus le même nombre d'adeptes… Même de très bons films aux directions photographiques irréprochables peuvent repousser une petite partie du public s'ils se déroulent en grande partie de nuit (Ex : Les Batman)

La nuit au cinéma est souvent représentée par une dominante bleu sur l'image, pourtant dans la réalité la couleur dominante de la nuit c'est le gris.

Le directeur de photographie Renato Berta a dit un jour : "Dans les extérieurs nuit, les éclairages sont faits de telle manière qu'on sent la masse des projecteurs à quatre mètres derrière. C'est une image totalement reconstruite (factice). C'est du cinéma" (Cahiers du cinéma n°284). C'est un fait, on voit donc qu'éclairer de nuit en extérieur est un exercice beaucoup plus difficile et périlleux que d'éclairer de jour. Malgré cela, les directeurs photo ont trouvé plusieurs esthétiques qui inconsciemment mais couramment ont été admises par les spectateurs comme juste et plaisante :

True Grit 


La nuit classique 

- la lumière est justifiée par le clair de lune : Il n’y a donc qu’une seule source pour l’effet principal. Une source directe et puissante éclaire tout l'environnement. (souvent un HMI)


-la source de lumière principale doit être dirigée en clair obscur pour maintenir le visage dense et rappeler la sensation de perte de détail de la vision nocturne. L'idée c'est de se dire : on ne distingue pas parfaitement les personnages, tout n'est pas visible, c'est donc qu'il fait nuit.

- la couleur de cette source est bleue car culturellement la nuit éclairée par la lune est bleue. 
-l’image doit être très contrastée (ombres assez nettes) pour avoir des zones denses qui rappellent l’obscurité nocturne tout en ayant des brillances -













La nuit américaine 

C'est une technique cinématographique qui grâce à la sous-exposition d'un film additionné ou non à l'utilisation d'un filtre (bleu, magenta...) permet de tourner des scènes en plein jour tout en faisant croire au public que c'est la nuit. Après c'est une convention esthétique implicitement établie entre le cinéaste et le spectateur. Le spectateur n'est pas dupe et puis c'est plus ou moins bien fait selon les films. Contrairement à la nuit classique le ciel est lumineux La luminosité du ciel, les brillances et les reflets sur les choses et les visages,  la densité et la douceur des ombres. D'un point de vue économique c'est largement moins couteux de tourner en nuit américaine qu'avec une lourde production et des éclairages artificiels. 






Les réalisateurs que je préfère sont ceux qui ont le cran de tourner des scènes de nuit vraiment en pleine nuit avec quasiment aucun éclairage additionnel, je pense à Ridley Scott avec la magnifique scène d'ouverture de Robin des Bois où l'on peut voir des enfants courir en pleine nuit dans la forêt, c'est l'un des rares moments au cinéma où l'on a vraiment une impression de réalité par rapport à la nuit. Michael Mann avec le Dernier des Mohicans obtient également des rendus de scènes de nuits magnifiques. Après il faut garder à l'esprit que ces réalisateurs et leur équipe sont largement au dessus du niveau moyen des cinéastes lambda, ils ont également accès à des caméras beaucoup plus performantes grâce aux budgets conséquents d'Hollywood. Roger Deakins le directeur de photographie de Skyfall, le dernier James Bond, nous étonne avec une scène de nuit en Ecosse (fin du film). L'impression de réalisme et la maitrise de l'éclairage sont vraiment sidérant. On a totalement l'impression d'être dans la nuit noire. La lumière durant ses scènes est vraiment habillement amenée que ce soit par la présence du projecteur d'un hélicoptère ou encore par le feu de plusieurs explosions.    





Origine de l'éclairage en contre


L'utilisation de Backlight, c'est à dire de l'éclairage en contre-jour nous vient à l'origine du cinéma noir et blanc. Le noir et blanc fournissant moins d'informations visuelles que la couleur, il fallait pour la lisibilité du spectateur que les chef opérateurs éclairent d'avantages les scènes que maintenant. A l'époque, un objet ou un personnage ne ressortait à l'écran qu'à l'aide d'un éclairage en contre-jour, sinon il se confondait avec l'arrière plan. 

Les chef opérateurs ont donc inventé ce système d'éclairage en contre pour mettre en évidence le sujet filmé, le distancier nettement du fond et ainsi créer de la profondeur dans l'image. La couleur a d'ailleurs hérité de cette tradition de l'éclairage en contre. Cet effet à l'origine purement pratique est devenu rapidement un effet esthétisant sur les personnages. 

C'est le type d'éclairage qui entre les années 30 et 50 marqua la plupart des films classiques de l'âge d'or hollywoodien et qui contribua en parti à la naissance de ce que l'on a appelé le star system. Les chef opérateurs utilisaient de violents éclairages en contre pour mettre en valeur la chevelure des actrices avec ce fameux effet de halo lumineux qui avaient pour but de sublimer les actrices. C'est la naissance de la lumière dite élitiste, grande caractéristique de l'époque du star system.

Marlène Dietrish

Le star system
Dans les années 50, le but d'Hollywood était clairement de fabriquer des stars, des stars qui feraient parler d'elles et qui feraient fantasmer le monde entier. Pour cela (l'usine) Hollywood n'hésita pas à transformer et moduler les acteurs aussi bien par la mise en place d'éclairages élaborés sur les plateaux de cinéma que par la chirurgie esthétique pour en faire des modèles de beauté, de séduction, des icônes de perfection. 


Rita Hayworth 

Prenez l'actrice Rita Hayworth par exemple : Pour changer sa silhouette l'actrice a du subir plusieurs cures d'amaigrissement. Afin de lui creuser le visage, on lui a arraché toutes ses molaires.  Comme l'implantation de ses cheveux descendait trop bas, elle a également subit de multiples séances d'électrolyses lui brulant la racine de ses cheveux et lui agrandissant son front. Elle devait aussi suivre bon nombres de leçons de maintien et de diction.

mercredi 18 juillet 2012

Exposer correctement une scène d'intérieur


L'exposition

L'oeil humain est beaucoup plus performant qu'une caméra, par exemple l'iris permet de s'adapter aux conditions de luminosité variables en augmentant ou non le contraste et étendant sa plage dynamique* dans laquelle les détails sont discernables. L'oeil a par exemple une adaptation phénoménale dans la pénombre et l'obscurité, il fournit naturellement une sensation d'éclaircissement naturel au noir lors d'une scène sombre. A la différence d'une caméra qui elle a beaucoup plus de mal à le faire.

Regardez une scène de forte lumière solaire depuis le milieu d'une pièce de votre maison, votre oeil contrairement à une caméra distinguera tous les détails de la pièce ainsi que tous les éléments de ce qu'il y a à l'extérieur. Une caméra ne peut pas exposer correctement une pièce et ce qu'elle voit dehors en même temps. Il lui faut choisir quel plan va être exposé de façon juste. En terme de pondérance de masses, une pièce intérieure sera toujours vu plus sombre par rapport à ce qui se déroule à l'extérieur avec le soleil. 


Comment exposer une scène de jour en intérieur en photo ou en vidéo :
1- Soit on expose correctement l'intérieur et on laisse l'extérieur cramé, c'est logiquement le principe d'un éclairage en contre-jour. On dit qu'une lumière est cramée quand la lumière sur une zone est trop forte.
2- Soit on expose correctement le fond et on laisse l'intérieur dans l'obscurité pour silhouetter les personnages.
3- Soit on équilibre l'exposition de l'intérieur avec l'exposition de l'extérieur (ce que fait l'oeil humain). Paradoxalement le faire au cinéma donne souvent une sensation de faux.

Une image a une exposition générale mais chaque zone de l'image est en réalité plus ou moins exposée, l'important ce n'est pas que chacune de ces zones soit correctement exposées mais que la scène dans sa globalité nous paraissent équilibrée. Cet équilibre est obtenu en tenant compte du ratio de contraste, la pondération des masses, l"harmonie des couleurs et la dominante de couleur.

Exemples d'exposition :

1- L'exposition faite sur l'intérieur (l'extérieur est donc cramé)
Dans les deux cas, seulement l'intérieur des pièces est bien exposé, on ne distingue rien à l'extérieur.

The Patriot
Caspar David Friedrich dans son atelier par Georg Friedrich Kersting

2- L'exposition se fait sur l'arrière plan, le premier plan avec les personnages sont silhouettés.




3- L'exposition est équilibrée entre l'intérieur et l'extérieur :
On distingue cette fois-ci le ciel, il n'est pas cramé, l'exposition de la scène est équilibrée.


Pareil sur cette scène de The Patriot, l'intérieur comme l'extérieur sont correctement exposés.


Même cas ici, on voit que le personnage et la pièce sont respectivement bien exposés et que le paysage situé derrière se distingue parfaitement. 


Pourtant, cette scène tirée de Pirates des Caraïbes apparaît comme immédiatement fausse.  Il y a ici 4 effets qui provoquent cette sensation de superficialité. Tout d'abord le paysage, pris séparément on voit qu'il est légèrement sous exposé. On comprend qu'il s'agit en fait d'une incrustation*. De plus, on voit que le personnage est éclairé artificiellement par deux autres sources de lumières. Nous somme donc en présence de trois sources et plus il y a de sources plus il est difficile faire croire à la réalité. Ici il est éclairé latéralement en clair-obscur par une lumière artificielle censée imiter la lumière naturelle d'une autre fenêtre et il également éclairé de manière très diffuse en douche sur le haut des cheveux.

Résumé : l'incrustation du fond qui déconnecte le sujet de la réalité, l'effet logique de contre-jour de la scène supprimé par le traitement en clair obscur du visage de l'homme combiné à un éclairage de douche provoquent quelque chose de surréaliste.

On est ici sur une surcharge d'effets de lumières, ce qui peut être lourd à digérer quand cela est répété souvent dans un film. Le spectateur à l'oeil affûté sait que c'est factice et nous sommes en plus sur un film d'époque, il serait donc assez maladroit de la part du directeur photo de toujours utiliser des éclairages théâtralisés comme celui-ci. C'est heureusement la seule scène de Pirates des Caraïbes traitée comme ça. Elle se justifie d'ailleurs par une volonté de montrer avec une très grande richesse l'homme, la pièce et le paysage.  En effet, la lumière en clair-obscur met en valeur la forme du visage du personnage, souligne les ondulations de sa perruque, forme un beau modelé des vêtements en soulignant leurs détails et leurs plis. L'éclairage en douche qui souligne ses cheveux peut impliquer l'idée de noblesse. L'exposition du paysage nous permet de voir la couleur du ciel, les nuages, la végétation, l'océan et un navire. Cet homme est le gouverneur de Port-Royal et c'est l'une des premières scènes du film dans ce décor, il est donc logique de bien expliciter aux spectateurs ce qui se passe.

* Lorsque l'on veut modifier l'arrière plan d'une scène on fait tourner les personnages devant un fond bleu ou un fond vert. Le bleu parce que c'est la couleur la plus éloignée des tons de chair de la peau humaine, le vert parce que les capteurs CCD des caméras numériques sont réputées pour être plus sensibles au vert. Ce que l'on mettra à la place du fond bleu aura son esthétique propre puisque cela a été tourné indépendamment par rapport au premier plan. Raccorder correctement la scène tournée (celle qui va remplacer le fond bleu) à la scène du première plan est une nécessité pour être crédible.

Comment exposer correctement un arrière plan dans une pièce :
Pour exposer correctement le paysage que l'on voit depuis une pièce tout en maintenant une exposition correcte de l'intérieur de la pièce il n'est pas nécessaire de recouvrir à une incrustation fond bleu. Si les fenêtres sont fermés, on peut apposer sur les vitres ce que l'on appelle des filtres de densité neutres (gris)  qui atténueront l'intensité de lumière provenant de l'extérieur, un peu comme des lunettes de soleil. L'exposition provenant de dehors sera donc plus faible et la couleur et les détails du paysage seront alors visible. On ne peut pas imiter le comportement d'un filtre en post production, c'est au moment du tournage que cela se joue. 

Exemple avec cette scène tirée de Forrest Gump entre Sally Field et Tom Hanks.



Scène d'intérieur tirée du film "The Patriot" :



L'extérieur est parfaitement équilibré, on y voit une prairie qui sert à une scène de bataille. Les couleurs sont riches, la prairie est d'un beau vert, le ciel n'est pas surexposé et conserve son bleu ainsi que la forme de ses nuages. Rien à redire. La source principale de lumière provient de l'extérieur de la fenêtre et la source secondaire vient d'un large réflecteur blanc situé à droite de l'image qui vient donner plus de clarté aux rideaux rouges et à la tapisserie ver pin en débouchant les ombres. Quand Heath Ledger se retourne on peut devenir la présence de ce réflecteur par les brillances qu'il a sur le coté gauche de son visage, ce qui permet au spectateur de le voir distinctement. On remarque également la présence de ce réflecteur dans le reflet de l'armoire situé à sa droite, ainsi que dans les reflets du verre des deux lampes situées au mur. 

Lumière de l'extérieur en bleu. Lumière du réflecteur en blanc.
Pourtant je me demande si comme dans le cas de Pirates des Caraïbes il ne s'agit pas d'un fond bleu derrière la fenêtre. On dirait un gros collage, le dehors parait trop parfait par rapport au point de vue que devrait en avoir le personnage. Cette sensation de fausseté est donc du au rapport d'homogénéité entre l"extérieur et l'intérieur de la pièce. S'agit-il ici de filtres neutre collés sur la fenêtre et qui atténuent la lumière, s'agit-il d'une incrustation avec un fond, s'agit-il des deux? Selon le contraste certains plans avec Heath apparaissent en effet plus crédible que d'autre... En regardant l'intégralité de la séquence je n'ai pu trouvé aucune preuve me permettant d'affirmer une réponse avec certitude. Ce que je sais, c'est que ni la première image encore moins la deuxième où Heath Ledger est en total contre jour n'est plausible, ni réalisable sans un artifice.