lundi 12 janvier 2015

Les décisions prises par la Commission Européenne sont à l'opposé de nos intérêts nationaux.



Avez-vous déjà remarqué que les problèmes de notre pays étaient toujours le résultat du parti politique précédent? Avez-vous déjà remarqué que peu importe le parti au pouvoir, rien ne changeait? Normal, aucun parti politique ne s'attaque à la grande cause structurelle de nos problèmes à savoir l'Union Européenne. Le citoyen n'a pas la moindre idée que la majorité de ses problèmes proviennent  en réalité des traités européens.

Aucun homme politique en poste n'a jamais pointé du doigt les intérêts nationaux divergents qui rendent le projet européen intrinsèquement non viable de peur de ne plus avoir de poste et de carrière. Ils proposent tous de changer cette Europe sans jamais expliquer aux français que pour "taper du poing sur la table", pour "renégocier les traités", pour "discuter avec les partenaires européens", pour "réorienter l'Union Européenne" comme ils disent, il faudrait réviser les traités de l'UE ; or pour ce faire, il faudrait réunir l'unanimité, c'est-à-dire convaincre les 27 autres pays selon l'article 48 du Traité sur l'Union Européenne. Cet article est consultable ici sur le site du Centre d'Etudes Juridiques Européennes. 

Pour réorienter l'Union Européenne en modifiant par exemple le rythme de réduction des déficits, il faudrait modifier l'article 4 du pacte budgétaire européen signé par François Hollande en 2012. Pour le modifier il faudrait aussi réunir l'unanimité des pays membres de l'UE.

Autre exemple, pour réorienter l'Union Européenne en modifiant le niveau de l'euro, il faudrait modifier les statuts de la Banque Centrale Européenne - contenus dans les traités - qui est complètement indépendante et qui n'obéit à aucun gouvernement. Quand bien même un consensus s'opèrerait entre les 28 Chef d'Etats et de Gouvernements, ils ne pourraient rien faire car ils n'ont aucune prise sur la BCE. Pour modifier les statuts de la BCE, encore une fois il faudrait l'unanimité des 28 pays membres. Je précise en plus pour faire court que la position de l'Allemagne sur le niveau de l'euro est diamétralement opposé à la notre. L'Allemagne considère que l'euro est sous évalué alors que nous, comme la plupart des pays d'Europe du sud, nous pensons que l'euro est surévalué.

Le projet du traité de Lisbonne signé en 2005 (pour lequel le peuple n'a pas été consulté après avoir dit NON au traité constitutionnel européen) est lui aussi beaucoup trop difficilement révisable : pour changer ne serait-ce qu'une virgule à ce texte, il faudrait d'abord l'unanimité des gouvernements pour tomber d'accord sur un projet de révision, puis il faudrait ensuite l'unanimité des peuples (parlements ou référendums) pour le ratifier (cela s’appelle la procédure de révision ordinaire). 

La précarité sur les emplois, la privatisation de nos systèmes de soin, les délocalisations, le dumping social, la grande majorité de nos problème en somme, sont en réalité prévus et inscrits dans les traités européens! Lisez les traités européens, vraiment lisez-les, ils sont en accès libre sur Internet, c'est hallucinant! L'article 106 du traité sur le fonctionnement de l'UE (TFUE) démantèle clairement les services publics, l'article 121 prévoit quant à lui les grandes orientations politiques et économiques et ne cesse de demander la privatisation des services publiques et le démantèlement de nos acquis sociaux.

L'article 63 (TFUE) interdit expressément d'interdire les délocalisations et les restrictions des flux de capitaux non seulement entre pays européens mais aussi avec les pays tiers! 

  • Article 63 du TFUE :
    1- Dans le cadre des dispositions du présent chapitre, toutes les restrictions aux mouvements de capitaux entre les états membres et entre les états membres et les pays tiers sont INTERDITES.
    2- Dans le cadre des dispositions du présent chapitre, toutes les restrictions aux paiements entre les états membres et entre les états membres et les états tiers sont INTERDITES.
Cet article incite et autorise explicitement les entreprises à délocaliser dans des pays à très bas coûts (ce que les hommes politiques prétendent vouloir combattre à chaque élection). Lors des élections présidentielles on va avoir le droit par exemple au "made in france" de Bayrou, au "patriotisme économique" de Sarkozy ou aux combats de Montebourg pour sauver les entreprises françaises. Toutes leurs propositions, toutes leurs mesurettes, toutes leurs idées sont vaines et ils le savent, ils ne les proposent que pour donner au peuple l'impression qu'ils sont actifs mais s'ils avaient réellement envie de lutter contre la délocalisation ils révèleraient aux français l'existence des articles du TFUE qui stipulent clairement que les délocalisations sont autorisées et souhaitées et que les stopper est interdit par les traités! Sauf qu'admettre cette réalité reviendrait à admettre qu'ils sont payés à rien faire. Combien de personnalités politiques en France ont eu l'honnêteté de dire que les délocalisations en France et en Europe ont lieu à cause de cet article? Les délocalisations ne sont pas un jour descendues du ciel!  Aviez-vous déjà entendu parlé de problèmes liés à des délocalisations en 1960? 1970? 1975? 1980? 1990? Non car c'était interdit! Il y avait un contrôle des mouvements de capitaux et c'est depuis le traité de Maastricht qu'on a justement supprimé les contrôles sur les mouvements de capitaux.

Pour lutter réellement contre les délocalisations effrénées la seule solution est de dénoncer publiquement et politiquement l'article 63 du TFUE et de sortir de l'UE par le biais de l'article 50 du TFUE et pas de nous abreuver de paroles, de paroles toujours des paroles sur un hypothétique mais nécessaire changement de l'Europe.


Les mêmes salades des hommes politiques français depuis 25 ans : 

En 2000, Jacques Chirac présenta le programme de la présidence française devant le parlement européen : "Nous voulons une Europe plus efficace, plus démocratique, plus proche des problèmes qui concernent l'ensemble des citoyens européens, notamment ceux qui touchent au travail, c'est à dire l'emploi (....). Il nous faut construire une Europe plus proche des citoyens." 

Depuis quand l'Union Européenne est démocratique??? Les personnes qui influencent nos vies au quotidien ne sont pas élues par les peuples!

En 2003, François Bayrou : "Tout le monde voit bien qu'il faut changer d'Europe et le sommet de Bruxelles vendredi montre à l'évidence qu'une certaine Europe c'est fini. Il faut en bâtir une autre enfin digne de ce nom. C'est à dire un jour capable, elle aussi, de la puissance dont les Américains font preuve sur le terrain". Prenez le temps de regarder des vidéos de Bayrou il y a quinze ou vingt ans et de les comparer à ses interventions récentes, tapez par exemple : "Bayrou, Europe ou Union Européenne", vous verrez que cet homme pro-europe n'a pas évolué d'un yota en vingt-cinq ans. Il nous sort toujours le même discours idiot qu'il récite comme une poésie alors qu'aujourd'hui les conséquences sont pourtant catastrophiques.

En 2005, Nicolas Sarkozy : "Si vous votez non, cela ne vous fera même pas plaisir, vous allez garder l'Europe telle qu'elle est et vous allez continuer à mourir. Alors, votez "OUI", de toutes façons cela ne peut pas être pire qu'aujourd'hui. Vous voulez changer d'Europe, alors votez "OUI".(Libération 22 avril 2005). Sans commentaire....

En 2006, le PS (Hollande) : "L’Europe est en panne, une panne économique et sociale (chacun reconnaissant l'échec du bilan de la stratégie de Lisbonne à mis-parcours) mais aussi budgétaire, Passé ce constat commun à tous les participants, la salle s'est surtout attachée à exprimer ses souhaits d'une autre Europe et les façons de la relancer.

En 2009, tract de l'UMP : "Quand l'Europe veut, l'Europe peut : c'est le moment de construire une autre Europe, une Europe qui n'a pas honte de défendre ses valeurs, son identité et son idéal de solidarité. Une Europe qui n'hésite pas à défendre ses intérêts. (...) L'Europe doit changer, une autre Europe est possible

L'UMP, le PS, le Modem, le Front National, le Front de Gauche, "Debout la République" sont pour une autre Europe, ils veulent renégocier des traités...  Sauf que l'Union Européenne NE PEUT PAS CHANGER!!! C'est un mensonge que de le proposer! D'ailleurs depuis les années 90 ou depuis 2005 quelqu'un a-t-il réussi à faire changer l'Union Européenne? NON! Pourquoi? Parce que pour changer d'Europe, il faut en changer les traités fondateurs et changer une virgule d'un seul article d'un seul de ses traités fondateurs doit se faire à L'UNANIMITE, les 28 pays de l'UE doivent être d'accord! 

Le Front de National comme le Front de Gauche sont également des partis dirigés par des personnalités politiques qui sont également parlementaires européens (Mélenchon, Le Pen père et fille) qui n'ont donc aucune crédibilité et qui n'ont aucune intention de quitter l'Union Européenne. 

Prenez le Front de Gauche :

Dans l'émission On n'est pas couché du 24 avril 2010  regardez ce qui se passe à 39 minutes 35



Zemmour dit à Mélenchon : "D'accord on augmente les salaires comme vous dites, sauf qu'on ne peut pas augmenter les salaires dans le libre échange mondiale (…) Vous ne le ferez pas admettre aux autres pays européens notamment aux allemands". Zemmour répond très justement : "C'est de l'incantation ça!" Mélenchon répond son pamphlet habituel : "Nous sommes un grand peuple, nous sommes capable de décider de notre avenir, si nous décidons d'agir d'une manière plutôt que d'une autre, nous sommes capable d'aller voir nos partenaires européens de discuter avec eux et qu'il y a des choses dont les français ne veulent plus". Le constat de Mélenchon est juste mais aussi très malhonnête car il ne dit pas que ce qu'il propose n'est pas du tout réalisable, il n'a nullement l'intention de sortir de l'Union Européenne.

Quatre ans plus tard rebelotte dans la même émission (celle du 1er février 2014),  Natacha Polony lui dit que son constat est juste (oui il est juste) mais qu'il ne fera pas admettre ses idées aux allemands (comme Zemmour 4 ans avant). Réponse? Même pamphlet :  "Je considère que la France est une grande puissance, Madame Merkel ne me fait pas peur, elle ne m'intimide pas et je pense que sa politique est fondamentalement mauvaise, d'abord pour les allemands et ensuite pour toute l'Europe (…) Nous Madame, votre politique ça nous va pas  (…) Madame, maintenant y'a basta, la Banque Centrale ne peut pas rester indépendante, l'euro ne peut pas avoir pour seul objectif d'empêcher l'inflation (...) DONC on change! (..) Si elle a la tête dure, moi aussi je suis têtu donc nous demanderons aux français on obéit ou on désobéit? "

Pour ceux qui voudrait voir la vidéo c'est ici de 13min43 jusqu'à 15min10




Il a fait son petit show à la télévision, mission réussie. Discuter avec les partenaires? Il n'y a rien à discuter dans le cas présent puisque rien n'est négociable à moins de réunir non pas une majorité mais l'unanimité des membres de l'UE, pourquoi ne le dit-t-il pas aux français? La seule chose à faire est de "quitter la table" par le biais de l'article 50 qui permet le retrait volontaire et unilatéral de l'Union Européenne.

Mélenchon prétend depuis des années vouloir désobéir mais désobéir cela veut dire quoi? Demanderait-il un référendum? Un référendum sur quoi? Une sortie de l'UE? Comme Marine le Pen? (Qui elle non plus n'a aucune intention de sortir de l'UE). En réalité ils balancent cela pour se la jouer contre-courant et obtenir les voix des mécontent mais ni lui ni elle ne compte sortir de l'UE. Un référendum reviendrait à donner la parole aux français qui par peur de l'inconnu, conservatisme et méconnaissance du sujet voteraient très probablement majoritairement pour rester dans l'Union Européenne. La majorité des français sont en effet attachés à l'Union Européenne car ont leur rabâche depuis plus de 25 ans que c'est nécessaire. Ils n'ont absolument pas conscience qu'elle est la source d'une grande partie de nos problèmes donc même après un référendum, nous aurions au final avec Le Pen ou Mélenchon (tous les deux députés européens avec un salaire de 12 341 euros brut par mois) la même situation qu'avec Sarkozy et Hollande qui voulaient changer l'Europe et qui n'ont rien changé du tout. Sarkozy a d'ailleurs été député européen pendant deux mois, avant de démissionner, il bénéficie pourtant de la retraite à vie correspondant au poste de député européen. Hollande a été député européen pendant 6 mois seulement mais bénéficie aussi de la retraite à vie de ce poste. 

Pour sortir de l'Union Européenne il suffit d'utiliser l'article 50 du TFUE et le seul parti politique français qui propose cela est l'UPR (l'Union Populaire et Républicaine) de François Asselineau, un parti clairement boycotté des médias.

Maintenant prenez le cas Front National qui surfe sur la vague de mécontentement des français sur l'Europe mais qui en réalité ne veut absolument pas sortir de l'Union Européenne. Tous leurs arguments sont démontés dans cette vidéo :



https://www.youtube.com/watch?v=a0z-hO-lWNY



Les avancées de l'Union Européenne

Prenez le temps d'observer depuis vingt ans les avancées de la Construction Européenne. Si vous êtes attentif vous remarquerez que ces avancées se sont TOUJOURS faites dans les domaines qui ont favorisé les intérêts des grandes entreprises et jamais dans les autres domaines qui eux sont toujours remis à plus tard. Que la personne qui ne soit pas d'accord m'apporte les preuves du contraire! Avez-vous déjà vu des avancées dans le sens de l'écologie, de l'intérêt du citoyen ou du salarié ou du consommateur? Jamais. L'Union Européenne autorise par exemple les OGM, a ré-autorisé l'introduction des farines animales (oui oui les mêmes saloperies qui ont entrainé la crise de la vache folle), on a organisé une harmonisation du libre échange donc financière et commerciale entre les pays mais aucune harmonisation de fiscalité, aucune harmonisation sur les salaires européens ou les charges sociales. Tout cela permet à certains pays de faire du dumping social et fiscal pour attirer les délocalisations, c'est le cas des pays d'Europe de l'Est qui sont intégrées dans l'UE dans l'unique but d'offrir aux entreprises qui "pilotent" la Commission Européenne par le copinage et certainement des propositions financières juteuses, d'avoir un réservoir de main d'oeuvre bon marché. 

Vous êtes vous déjà réellement demandé pourquoi la Bulgarie, la Croatie, la Roumanie (qui n'est ni plus ni moins que l'équivalent de la Chine en terme de cout du travail), entrées dans l'UE??? Pourquoi dans un futur proche vont rentrer la Serbie, la Macédoine, l'Albanie et la Turquie! Vous croyez réellement que c'est pour être plus fort? Vous pensez que pour gagner un relais des mecs qui courent vite ont besoin de se mettre avec des "faibles"? Pour maintenir la paix? Comme si en cas d'attaques par un pays étranger à l'Union Européenne ce genre de pays était primordial pour répondre à la menace ou faire peur à l'ennemi... Non la principale raison de faire entrer ces pays dans l'Europe comme je disais c'est pour favoriser les profits des grandes entreprises, le dumping social, les délocalisations, donc argent, argent, argent pour les dirigeants des multinationales, leur entreprises et les dirigeants de l'UE.

Tout cela ne choque absolument pas les dirigeants des instances européennes puisque c'est en réalité leur objectif principal! José Manuel Barroso président de la Commission Européenne de 2004 à 2014, homme néo-libéral et pro-américain estime que la concurrence fiscale des nouveaux pays de l'UE est "juste". Il a qualifié "d'irréaliste" l'harmonisation de l'impôts sur les sociétés au niveau européen. Concernant les délocalisations il a déclaré en février 2005 : "Les délocalisations sont des décisions que les entreprises peuvent et doivent prendre". Les dirigeants européens disent en réalité l'exact opposé de ce que prétendent vouloir combattre les hommes politiques nationaux!!!

La commissaire européenne Danuta Hübner a déclaré dans un entretien publié par le journal allemand Handelsblatt et le quotidien français La Tribune : "Prévenir les délocalisations, les stopper par des règles artificielles travaillerait contre la compétitivité des entreprises. Ce que nous devons faire, au contraire, c'est faciliter les délocalisations au sein de l'Europe. Ainsi les sociétés européennes seront globalement plus fortes car elles pourront abaisser leurs coûts". Selon Danuta Hübner, faciliter les délocalisations au sein de l'Europe est la seule solution pour éviter que les entreprises ne délocalisent vers l'Inde ou la Chine.

Autre exemple parlant : Lorsque Dominique De Villepin était Premier Ministre de l'Etat français et qu'il s'est opposé au rachat d'Arcelor par le géant indien Mittal, en prônant un décret anti-OPA pour protéger ces secteurs plus sensibles à d'éventuels rachats étrangers, la commissaire européenne  en charge de la concurrence de l'époque, Madame Neelie Kroes avait convoquée la presse depuis Londres pour dire ceci :

« Confrontées à l’insécurité et à une perte de confiance collective, certains politiques sont prompts à rechercher des politiques régressives de repli sur soi. Ils veulent protéger des champions européens et des marques nationaux ou même européens des assauts du marché mondial pour relancer les canards boiteux de l’industrie. Nous ne pouvons pas nous permettre d’être complaisants face à la résurgence actuelle de la rhétorique protectionniste. Le risque est à la fois réel et urgent. »


Le 14 septembre 2005, cette femme, qui auparavant était dans les conseils d'administration de plus de quarante conseils d'administration essentiellement américains (PriceWaterHouseCoopers, Mc Donald's etc..), a rencontré Monsieur De Villepin pour lui dire que son action était contraire aux intérêts européens. Quelques mois plus tard le groupe Mittal Steel Company rachète Arcelor et devient ArcelorMittal. Donc en gros, l'action du Premier Ministre d'un Etat souverain, la cinquième puissance mondiale, qui a voulu protéger une sidérurgie franco-luxembourgeoise n'a été ni admissible ni tolérée. Cette femme élue par personne a réussit à faire plier le Premier Ministre français de l'époque alors qui était soutenu par une majorité au Parlement et par 75% des français. Voilà une preuve irréfutable de ce que dit depuis des années Madame Marie-France Garaud, présidente de l'Institut International de Géopolitique (qui à mes yeux aurait fait une grande présidente) : la France n'est plus un pays souverain. je vous conseille d'ailleurs de lire deux de ses ouvrages : La Fête des fous : "Qui a tué la Ve République?" et "Impostures politiques".

Cette logique des délocalisations, entièrement créée par les traités européens, consiste à céder au chantage à l'emploi exercé par les multinationales. Cela conduit à un alignement progressif des salaires européens sur les salaires chinois. En Chine, une ouvrière de l'industrie textile est payée 100 euros par mois pour 12 heures de travail par jour, 6 jours sur 7 et avec 5 jours de vacances par an. Les conditions sont à peu près identiques en Roumanie, un pays qui entra dans l'Union européenne en 2007, et dont 45% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Les entreprises n'ayant aucun sens civique ni aucune responsabilité envers la société et les populations, les délocalisations continueront tant qu'il y aura le moindre centime à y gagner pour ces dirigeants.

Ecoutez ce qu'a dit la Luxembourgeoise Viviane Reeding, vice-présidente de la Commission et commissaire européenne à la justice, aux droits fondamentaux et à la citoyenneté. Elle est venue en personne, le 15 octobre 2012, expliquer à des députés et sénateurs français, au silence consentant, que l’époque des souverainetés nationales était révolue : "Il faut lentement mais sûrement comprendre qu'il n'y a plus de politiques intérieures nationales. Il n’y a plus que des politiques européennes partagées dans une souveraineté commune." Tout est dit! Le but étant à terme de faire des pays de l'UE des zones similaires aux Etats des Etats-Unis. C'est la programmation délibérée de l'anéantissement des nations et par conséquence du souverainisme.






L'Union Européenne c'est une économie ouverte. Une économie ouverte désigne en gros l'absence de taxes douanières et de restrictions aux importations. L'absence de protections douanières est le fondement même de la mondialisation! C'est surtout ce qui permet de mettre en concurrence directe les salariés de tous les pays, afin de faire baisser les salaires et de réduire les droits sociaux. Cette absence de protections douanières se trouve donc "constitutionnalisée", sans possibilité de changement quels que soient les choix électoraux futurs.


Article III-177 du TCE (Traité sur le fonctionnement de l'UE)


Aux fins de l'article I-3, l'action des États membres et de l'Union comporte, dans les conditions prévues par la Constitution, l'instauration d'une politique économique fondée sur l'étroite coordination des politiques économiques des États membres, le marché intérieur et la définition d'objectifs communs, et conduite conformément au respect du principe d'une économie de marché ouverte où la concurrence est libre.

On pourrait se dire que c'est le seul article de cette Constitution qui parle du libéralisme économique mais non.

Article III-314


Par l'établissement d'une union douanière conformément à l'article III-151, l'Union contribue, dans l'intérêt commun, au développement harmonieux du commerce mondial, à la suppression progressive des restrictions aux échanges internationaux et aux investissements étrangers directs, ainsi qu'à la réduction des barrières douanières et autres.


Article III-156


Dans le cadre de la présente section, les restrictions tant aux mouvements de capitaux qu'aux paiements entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites.

Article III-157, 2


Le Parlement européen et le Conseil s'efforcent de réaliser l'objectif de libre circulation des capitaux entre États membres et pays tiers, dans la plus large mesure possible et sans préjudice d'autres dispositions de la Constitution.

Comme on le voit, la Constitution est beaucoup plus précise et coercitive quand il s'agit du libéralisme économique que pour les droits sociaux, les droits civiques, ou l'environnement. L'article III-156 par exemple enlève à jamais toute possibilité aux Etats européens de contrôler les flux de capitaux. Dans quel autre pays du monde avez-vous une pareille absurdité? Aucun! AUCUNE constitution démocratique dans le monde ne contient ce genre de dispositions qui doivent normalement relever de la loi (la loi qui est modifiable par les représentants élus du Peuple) et non de la Constitution. Pour comparaison la Constitution Américaine (1787) fait moins de 20 pages. La Constitution Européenne quant à elle fait 350 pages et plus de 850 avec les annexes (qui sont encore plus coercitives que le reste)!

En réalité l'Union Européenne sacralise le principe de libre concurrence pour démanteler les services publics. Par exemple aux yeux de l'UE, le financement par l'état d'un service public comme la Poste peut être accusé de fausser la concurrence par rapport aux entreprises postales privées. Pareil pour EDF, pareil pour l'enseignement public qui peut fausser la concurrence par rapport aux écoles privées. Pareil pour la télévision publique etc... En plus de démanteler les services publics existants la Commission Européenne entrave quasiment de manière définitive la possibilité pour un Etat de créer un nouveau service public. Comment? Voyez plutôt.

Les pouvoirs publics ne peuvent créer des services d'intérêt économique générale (SIEG) que si deux conditions sont remplies :

Condition 1 : que le marché (initiative privée) ne fournisse déjà par le service (donc limite déjà c'est mort)
Condition 2 : que ce SIEG respecte les règles de la concurrence.

Avec cette volonté de libéralisation des services publics la Commission Européenne encouragent les Etats à aller encore plus loin que la réglementation mis en place.

Article III-148 du TCE


Les Etats membres s'efforcent de procéder à la libéralisation des services au delà de la mesure qui est obligatoire en vertu de la loi cadre européenne adoptée en application de l'article III-147.


Article III-147, 2


La loi-cadre européenne visée au paragraphe 1 porte, en général, par priorité sur les services qui interviennent d'une façon directe dans les coûts de production ou dont la libéralisation contribue à faciliter les échanges des marchandises.

Quand est-ce que nous allons comprendre que cette Constitution est un piège et que c'est en grande partie à cause de ça que tout va mal!!! Avez-vous déjà vu ailleurs dans le monde une telle institution? Existe-t-il une Union Asiatique, une Union d'Amérique du sud? Non. Les pays européens n'ont pas du tout les mêmes économies ni les mêmes intérêts économiques. Cette Constitution, c'est l'abdication dé-fi-ni-tive des gouvernements élus et donc du peu de démocratie qu'ils nous restaient, c'est exactement ce que craignait de Gaulle. Les seules personnes qui disent le contraire sont soit des personnes non informées, soit des personnes payées par ce système. L'Union Européenne est un leurre qui a pour but de soustraire les décisions économiques et sociales importantes au DEBAT DEMOCRATIQUE, au pouvoir des gouvernements élus et d'empêcher toute politique contraire aux intérêts des entreprises. Voter pour un président, qu'il soit de gauche ou de droite, d'extrême gauche ou d'extrême droite ne change donc en réalité strictement aux problèmes économiques que connaissent nos sociétés...

La Constitution européenne (non démocratique) prime sur les constitutions nationales approuvées par et pour le peuple.

TRAITÉ ÉTABLISSANT UNE CONSTITUTION POUR L'EUROPE

Article I-6 :


La Constitution et le droit adopté par les institutions de l'Union, dans l'exercice des compétences qui sont attribuées à celle-ci, priment le droit des États membres.



Le Parlement Européen : organe prétendument démocratique 

Je le redis, le Parlement Européen ne peut pas prendre l'initiative d'une loi contrairement à l'usage dans TOUTES les démocraties dans le monde! 

Article I-26, 2

Un acte législatif de l'Union ne peut être adopté que sur proposition de la Commission, sauf dans les cas où la Constitution en dispose autrement (c'est à dire jamais!)

Le parlement peut demander à la Commission de bien vouloir élaborer une loi, sauf que la Commission n'est obligé à RIEN!

Article III-332


Le parlement européen peut, à la majorité des membres qui le compose, demander à la Commission de soumettre toute proposition appropriée sur les questions qui lui paraissent nécessiter l'élaboration d'un acte de l'Union pour la mise en oeuvre de la Constitution. Si la Commission ne soumet pas de propositions, elle en communique les raisons au Parlement européen.


Après on nous dit qu'il existe un autre moyen outre le Parlement Européen pour le peuple de se faire entendre, c'est l'initiative citoyenne européenne.

Le droit d’initiative citoyenne européenne (ICE) a été introduit par le Traité de Lisbonne. L’article 11, paragraphe 4, du TFUE énonce : « Des citoyens de l’Union, au nombre d’un million au moins, ressortissants d’un nombre significatif d’États membres, peuvent prendre l’initiative d’inviter la Commission européenne, dans le cadre de ses attributions, à soumettre une proposition appropriée sur des questions pour lesquelles ces citoyens considèrent qu’un acte juridique de l’Union est nécessaire aux fins de l’application des traités. Les procédures et conditions requises pour la présentation d’une telle initiative sont fixées conformément à l’article 24, premier alinéa, du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne ».

"Un millions de ressortissants d'un nombre significatif d'Etats membres". C'est à dire? Combien d'états membres exactement? Bref on voit bien ici avec cet intitulé que l'initiative citoyenne est un stratagème qui ne peut en aucun cas être utilisé par le peuple d'un pays pour contester les mesures de la Commission Européenne.

On voit donc que la Commission Européenne est une institution oligarchique et autocratique. 

Oligarchie : groupe restreint de personnes détenant le pouvoir.
Autocratie : pouvoir politique sans contrôle ni partage, qui trouve en lui-même sa propre légitimité.

D'ailleurs c'est marrant, l'oligarchie politique me fait penser à une autre définition.

Mafia : Organisation criminelle dont les activités sont soumises à une direction collégiale occulte et qui repose sur une stratégie d'infiltration de la société civile et des institutions. 

#banques #lobbying #multinationales #conflitsdintérêts #mensonges #potsdevin #véritablepouvoir


Tout était pourtant explicitement stipulé dès1957 avec le Traité de Rome/ Les exorbitantes prérogatives de la Commission Européenne ne dérogent pas à la règle de ce premier traité mais sont dans la même continuité. Elles sont presque tout entières contenues dans l'alinéa 2 de l'article 157, du Traité de Rome, dès sa version originale de 1957 où l'on pouvait lire :

« Les membres de la Commission exercent leurs fonctions en pleine indépendance, dans l'intérêt général de la Communauté. »

« Dans l'accomplissement de leurs devoirs, ils ne sollicitent ni n'acceptent d'instructions d'aucun gouvernement ni d'aucun organisme. »

« Chaque État membre s'engage à respecter ce caractère et à ne pas chercher à influencer les membres de la Commission dans l'exécution de leur tâche. »

Ou est donc alors la démocratie? Alors qu’il n'était encore question que de Communauté Economique, un mur fut édifié entre la Commission et le « reste du monde » : Elle fut créée et coupée volontairement des gouvernements nationaux et des peuples encore réputés souverains. Contrairement à ce que l'on nous a appris et rabâchés, on peut donc dire qu'il y a eu une volonté originelle de construire l’Europe envers et, au besoin, contre les peuples qui la composent. Une seule disposition importante est absente de ce fameux alinéa par rapport au fonctionnement actuel de la Commission Européenne : le secret des délibérations. Il est discrètement stipulé par l’article 9 du règlement intérieur de la Commission ceci : Selon les dispositions de l'article 9 du règlement intérieur de la Commission, les réunions ne sont pas publiques et les débats sont confidentiels. Les gouvernements eux-mêmes sont instamment priés de ne pas interférer dans la politique menée par les dirigeants de l’U.E. `

Maintenant que vous avez pris conscience de cela, vous devez comprendre que lorsque les partis politiques français de droite comme de gauche, en passant par le centre et les extrêmes vous disent que EUX ils empêcheraient les délocalisations, ILS NOUS MENTENT!!! Cela n'est pas de leur ressort de décider de ses questions! Les VRAIS décisions sur les politiques d'orientation ne sont absolument pas prises par les gouvernements nationaux mais par la Commission Européenne. Les objectifs que prétendent vouloir atteindre nos hommes politiques ne sont pas réalisables dans le cadre des traités que nous avons signés. C'est comme si vous étiez en train de vous noyer et qu'un homme arrivait et vous promettez de vous faire remonter à la surface malgré le boulet que vous avez au pied,  il pourra vous le dire de la façon la plus convaincante qu'il soit, cela restera impossible. Cela fait 23 ans que l'on nous ment et que l'on est en train de couler!  

Les anciennes promesses des hommes politiques

Regardez, les promesses de l'époque sur l'Europe sont les mêmes qu'aujourd'hui et elles ne sont restées que des promesses, il n'y a eu AUCUNE amélioration notable de notre situation depuis 1992, tout est allé en empirant :

Edouard Balladur, (droite libérale), dans "Le Monde" (29 avril 1992)
"Chaque Etat conservera la maîtrise de sa politique budgétaire et fiscale, dans des limites qui ne seront pas plus étroites que celles d'aujourd'hui." FAUX!


Michel Sapin, PS (gauche libérale), dans "Le Figaro" (20 août 1992)
"J'aimerai convaincre chaque français, chaque lecteur, que le traité d'union européenne se traduira en France par plus de croissance, plus d'emploi, plus de solidarité." FAUX!


Martine Aubry, PS (gauche libérale), discours à Béthune (12 septembre 1992)
"C'est peut-être sur l'Europe sociale qu'on entend un certain nombre de contre-vérités. Et ceux qui ont le plus à gagner de l'Europe sociale, notamment les ouvriers et les employés, sont peut-être les inquiets sur ces contre-vérités. (...) Comment peut-on dire que l'Europe sera moins sociale demain qu'aujourd'hui? Alors que ce sera plus d'emplois, plus de protection sociale et moins d'exclusion..." FAUX!


Le 19 septembre 1992, Jacques Lesourne, directeur du Monde a profité de son influence pour appeler à ratifier le traité de Maastricht, en disant carrément : "Un non au référendum serait pour la France et l’Europe la plus grande catastrophe depuis les désastres engendrés par l’arrivée de Hitler au pouvoir."

Le soi-disant désastre de l'époque c'était le "non à l'Europe". Aujourd'hui le soi-disant désastre c'est "sortir de l'Union Européenne". Personnellement je m'interroge... Si ce que la majorité des pays vivent au sein de l'UE depuis plus de 20 ans n'est pas un désastre, je pense qu'il faut vraiment que l'on requalifie ce mot de toute urgence!

Pour inciter à signer la Constitution Européenne en 2005 (ça n'a pas marché, on a dit non à la majorité mais on l'a eu quand même sous la forme du Traité de Lisbonne) ou pour inciter les gens à ne pas sortir de l'UE, les hommes politiques adoptent toujours la même attitude en qualifiant l'idée de désastre. C'est un classique qui marche encore mieux lorsque l'on le mixe au spectre d'Hitler ou au souvenir de la guerre 39/45 comme on peut voir ci-dessus. C'est la vieille idée d'après-guerre qui supposait que la CEE c'était la paix et que la non-adhésion à cette communauté européenne lorsque l'on était un pays indépendant signifiait forcément à terme la guerre... C'est d'ailleurs le seul argument que me sort mes amis non informés sur le sujet. "On ne va pas sortir de l'UE, on sait ce que ça donné avant".






La vidéo ci-dessus est un extrait de l'émission télévisée "Des Paroles et des Actes" diffusée 2011 avec pour invité Alain Juppé. Observez attentivement à partir de 10min40sec de la vidéo les éléments de langage utilisés par Juppé pour manipuler l'opinion vers son propos erroné que l'Union Européenne est fédératrice.

Tout comme l'ancien directeur du Monde cité précédemment, on voit que lui aussi fait sournoisement un petit rappel à la guerre 39/45 en disant "La France d'un coté l'Allemagne de l'autre (...) on sait ce que ça a donné sur le continent européen dans le passé récent" et il termine en disant que sortir de l'UE serait selon lui "un danger mortel". Aucun des journalistes présents n'a d'ailleurs l'intégrité et le bon sens de lui fait remarquer que ce n'est pas parce les pays étaient "chacun de leur côté" qu'il y a eu la guerre mais à cause de la montée du nazisme (qui a d'ailleurs été financé par des financiers américains)! De cette intervention le spectateur ne retiendra que deux choses : Sortie de l'UE = danger mortel, rappel guerre 39/45. En gros le mec résume la sortie de la France de l'UE qui comportent 28 membres à un affrontement fictionnel entre la France et l'Allemagne.

Le 30 mai 1999, François Bayrou véritable VRP de l'Europe depuis toujours, fut invité dans l'émission "Politique Dimanche" et déclara ceci : "L'Europe des Nations ça voudrait dire le chacun pour soi et je suis très inquiet quand je vois une formule comme celle là". Comme Juppé en 2011, le mec fait de son interprétation personnelle sur la question, un sujet d'inquiétude général et un fait certifié.

Non l'Europe des Nations ne veut pas forcément dire le chacun pour soi! Non, quitter l'Union Européenne ne signifie pas un retour à la seconde guerre mondiale, un danger ou une menace,  c'est tout simplement n'importe quoi! On veut susciter chez le citoyen la méfiance et la peur pour le faire aller où on a envie qu'il aille. Nous ne sommes plus du tout à une époque où des peuples étrangers peuvent déferlés sur d'autres pays souverains (à part quand les Etats-Unis et l'OTAN le décident pour leur intérêts personnels bien-sûr). Comme si un pays d'Europe allait nous attaquer si on quittait l'Union Européenne, comme si un de ces pays en avaient les moyens logistiques, comme si la France allait le tolérer, comme si les pays alliés de la France allaient le tolérer. Comme si le fédéralisme utopique de l'UE (oui ce fédéralisme N'EXISTE PAS dans la réalité) devait forcément être opposé à l'individualisme et l'isolationnisme des nations européennes et à une guerre militaire. D'autant que la guerre au sein de L'Union Européenne elle est là tous les jours, c'est une guerre économique dont chacun peu ressentir les effets. Demandez aux milliers d'employés licenciés des entreprises qui délocalisent s'ils ne sont pas en guerre par exemple! Sous entendre tout cela n'est qu'une attitude minable intellectuellement et coercitive qui vise à prendre les citoyens pour des enfants à qui l'on impose la crainte pour les éviter de se questionner sur le bien fondé de quitter l'Union Européenne.

Comme si quittez l'Union Européenne voulait dire vivre en autarcie, isolé, barricadé comme en Corée du Nord et entouré de murs et de barbelés...  Le Royaume-Unis n'est pas dans l'euro par exemple, est-ce une nation avec qui les autres pays de l'Union Européenne sont en guerre? Est-ce un pays que l'on a isolé sur le plan politique? Est-ce un pays avec qui les autres ne font pas d'échange?

La Norvège n'est pas non plus dans l'euro et n'est même pas dans l'Union Européenne tout comme la Suisse, ces pays sont-ils menacés, isolés, en difficulté économique? Non, ils se portent très bien et non absolument pas l'envie d'être empêtrer dans la toile à problème de l'Union Européenne qui restreint les libertés dans tous les domaines. Les britanniques envisagent d'ailleurs très sérieusement de quitter l'Union Européenne.

En quoi l'Union Européenne a-t-elle été favorable dans la vie des français? Non vraiment je veux savoir, en quoi l'Union Européenne a-t-elle été favorable dans la vie des français??? J'aimerais qu'un pro-UE me réponde concrètement!

Depuis l'école primaire on nous conditionne à croire que l'Union Européenne assure un processus de paix, que parce que les pays de l’UE sont alliés cela empêche des guerres d’éclater comme auparavant. C’est un raccourci complètement FAUX!



L'Europe des Nations assure la paix, sans elle c'est la guerre : FAUX


En réalité ce sont les jeux des alliances automatiques qui nous entrainent dans une guerre. Ce qui a provoqué la première guerre mondiale par exemple c’est le déclenchement des alliances de la Triple Alliance et de la Triple Entente qui avaient été conclues à l’origine pour… assurer la paix.

L’Allemagne avait fait une alliance avec l’Autriche Hongrie ; la Serbie avec la Russie. Après l’attentat de l’archiduc autrichien François-Ferdinand à Sarajevo, l’Autriche-Hongrie déclare le 28 juillet 1914 la guerre à la Serbie. L’Allemagne déclare alors la guerre à la Russie (allié de la Serbie), la France étant alliée de la Russie, l’Allemagne déclare également la guerre à la France (et à la Belgique). La France étant l’alliée du Royaume-Unis, le Royaume-Unis étant lui-même allié de la Russie (Nicolas II de Russie et Edouard VII d’Angleterre sont cousins), le Royaume-Unis va déclarer la guerre à l’Allemagne. L’Autriche-Hongrie va donc déclarer la guerre à la Russie, la France va alors déclarer la guerre à l’Autriche-Hongrie. Le Royaume-Unis étant l’allié de la France, il déclare aussi la guerre à l’Autriche-Hongrie. Tout ça c'est passé en l’espace d’un mois et demi. Si les pays avaient été indépendants (indépendant ne veut pas dire hostile ou replié sur lui-même), il n'y aurait jamais eu de guerre mondiale! Cette guerre est devenu une guerre mondiale car chacun de ses pays entraina avec lui dans le conflit ses colonies. Lorsque le Royaume-Unis entra en guerre contre l’Allemagne ils entraînèrent avec eux tous les pays du Commonwealth à savoir le Canada, l’Australie, l’Inde, la Nouvelle-Zélande, et l’Afrique du Sud. Le Japon déclarera la guerre à l’Allemagne. L’Empire Ottoman s’allie aux puissances centrales à savoir l’Autriche-Hongrie et au Reish Wilhelminien.

Sans l'Europe des Nations ça aurait été la guerre :  FAUX!

Les preuves :

Blocus de Berlin en 1948 : les troupes soviétiques encerclent Berlin Ouest et interdit toute communication. A ce moment là les occidentaux firent un pont aérien pour fournir de la nourriture aux berlinois. Il n’y a pas eu de guerre mondiale lors de ce blocus en 1948. S'il n'y a pas eu la guerre en 1948 ça ne peut pas être à cause de la construction européenne puisqu’elle n’existait pas (Le traité de Rome date de 1957)!

Soulèvement à Berlin-Est en 1953 : les troupes soviétiques sont intervenus sur la population est allemande et ont maté la population. Encore une fois la construction européenne n’existait pas et il n'y a pas eu de guerre.

L’insurrection en Hongrie de 1956 : les hongrois se sont révoltés contre le régime soviétique. Révolte qui sera matté (20 000 morts)

Insurrection en Tchécoslovaquie en 1968 : matée cette fois par les troupes de l’ensemble du pacte de Varsovie (majorité des troupes allemande)

Après la seconde guerre mondiale, les Etats-Unis et l'URSS se divisèrent l'Europe (conférence de Téhéran en 1943, Yalta en 1944, et Postdam en 1945). Les Etats-Unis "prirent" les pays d'Europe de l'Ouest et l'URSS les pays d'Europe de l'Est. Depuis cette époque le spectre d'une guerre franco allemande est complètement infondée puisque la menace est en réalité entre les camps américains et soviétiques, entre les pays du Pacte de Varsovie (Pays d'Europe de l'Est) et l'OTAN (pays d'Europe de l'Ouest)

Pourquoi il n'y a pas la guerre en Europe?

S’il n’y a pas eu de guerre entre 1945 et 1990 jusqu'à l'effondrement du communisme, c’est pour une seule raison qui n’a RIEN à voir avec la construction européenne, c'est à cause de notre entrée dans l'air militaire du thermo nucléaire et à cause du MAD, le Mutal Assured Destruction ou la destruction mutuelle assurée. Les Etats-Unis et la Russie ayant tout deux assez de bombes nucléaires pour détruire entièrement la planète.

Le 9 juillet 1956, les Etats-Unis testèrent « Apache » sur l’atoll d’Eniwetok, un atoll corallien située en Micronésie, au nord-ouest des iles Marshall.  C’est la première bombe H de l’histoire : 100 000 fois plus puissant que la bombe A largué sur Hiroshima et Nagasaki. Le 9 juin 1959, les Etats-Unis mettent à l'eau le sous-marin USS George Washington, un lanceur d'engins nucléaires. De leur côté les soviétiques firent de même. Entre le 29 août1949 et le 24 octobre 1990, l'Union Soviétique effectua un total de 715 essais nucléaires. Le 30 octobre 1961 les soviétiques larguèrent dans l'Arctique russe (sur l'archipel de la Nouvelle-Zemblée), la Tsar Bomba, une bombe H qui fut l'arme de destruction massive la plus puissante jamais utilisée dans l'histoire des hommes.

La détonation de cette bombe développa instantanément une boule de feu de plus de 7km de diamètre. L'éclair de l'explosion fut visible à plus de 1000km du point d'impact et le champignon atomique d'un diamètre de 40km parvint à une altitude de 64km. Au point zéro, tout fut effacé, le sol fut nivelé à la manière d'une patinoire. Des maisons furent détruites à des centaines de kilomètres, d'autres perdirent leur toit. la chaleur fut ressentie à 300km. La Tsar Bomba pouvait infliger des brûlures au troisième degré à plus de 100km de distance alors que la zone de destruction complète se situait dans un rayon de 30km. L'explosion fut estimé à 57 mégatonnes par les Etats-Unis. Les scientifiques russes annoncèrent plus tard une énergie de 50 mégatonnes. Par comparaison, la bombe A surnommée "Little Boy" larguait sur Hiroshima qui tua instantanément 70 000 personnes avait une énergie de 13 mégatonnes soit 3125 fois moins d'énergie que la Tsar Bomba. Les Soviétiques auraient pourtant limité l'énergie de leur bombe, prévue initialement à 100 mégatonnes afin selon Khrouchtchev "de ne pas briser tous les miroirs de Moscou".

La bombe la plus puissante jamais testée par les Etats-Unis fut la bombe Castle Bravo de 15 mégatonnes, ce qui représente mille fois plus que chacune des deux bombes larguées sur le Japon, mais pourtant un peu moins d'un tiers de la puissance de la Tsar Bomba russe. Actuellement la plus énergétique des bombes nucléaires en service est une ogive de 18 à 25 mégatonnes, montée sur les ICBM russes. Il s'agit là de la plus énergétique des bombes activées connu, des ogives désactivés bien plus puissantes doivent être gardées par les Etats-Unis et par la Russie...

S'il n'y a pas eu de guerres en Europe entre 1945 et 1990 ce n'est pas grâce à la Construction Européenne mais à cause du MAD, le Mutal Assured Destruction ou la destruction mutuelle assurée. Les Etats-Unis et la Russie ayant tout deux assez de bombes nucléaires pour détruire entièrement la planète.

Aujourd'hui neuf pays possèdent environs 17 000 armes nucléaires. Les Etats-Unis et la Russie maintiennent environ 2000 de leurs armes nucléaires en état d'alerte, autrement dit prêtes à être utilisées en quelques minutes. La plupart sont des dizaines de fois plus puissantes que celle utilisée au Japon en 45. Une seule de ces tête nucléaires pourraient raser une grande ville peuplée de millions d'habitants et ses effets persisteraient pendant des décennies.


 --------------------------------------------------------------------


AUCUN journaliste quelque soit le média n'a jamais diffusé à une large partie de la population toutes les informations vitales et véridiques énoncées dans cet article! Les "élites" maintiennent volontairement un système qui leur est favorable mais qui nous est clairement défavorable. Ces gens là ne sont pas comme vous et ils se fichent éperdument de vous! Les grands médias dans notre pays quant à eux ne servent que de tribunes pour désinformer voir mentir à la population. Si on m'avance le contraire pourquoi n'ont-ils alors jamais expliqué à la population comme je viens de le faire que les dirigeants de la Commission Européenne prônent l'exact opposé des gouvernements nationaux? Pourquoi n'interrompent-ils pas les hommes politiques français, lorsque sur leurs plateaux ils prétendent vouloir changer l'UE ou renégocier les traités, en leur disant qu'ils mentent, que c'est impossible et expliquer aux téléspectateurs pourquoi c'est impossible en leur montrant les articles en question?

Plus aucun pays ne décide aujourd'hui réellement des politiques économiques à mener concernant son avenir. Les gouvernements ne décident pas non plus des autres politiques à mener (justice, lois, défense) qui sont toutes soumises à Bruxelles. Nous avons perdu notre souveraineté nationale qui été acquise depuis des siècles (c'est ce que l'on appelle les droits régalien). Nous avons par exemple perdu notre souveraineté monétaire avec la loi de janvier 1973 de Pompidou interdisant à l'Etat Français d'emprunter son argent directement à la Banque de France (comme c'était le cas depuis le Moyen-Age) puis par le traité de Maastricht en 1992 avec le passage à l'euro. Pour finir nous avons perdu notre souveraineté budgétaire en 2012 avec le pacte budgétaire européen.

Les chefs d'états ne sont que des marionnettes interchangeables qui sont élus avec l'appui financier et médiatique des banques et des multinationales et leur fonction est de nous maintenir dans ce système coercitif sur lequel nous n'avons aucun contrôle et de s'assurer que rien d'autres ne soit envisageable. Ces mêmes multinationales possèdent la quasi-totalité de nos médias donc ne vous attendez pas à trouver en leur sein la solution. Je ne dis que les médias sont les uniques responsables mais ils le sont en très grande partie. Ils pourraient pourtant réellement faire changer le monde, le problème c'est que la plupart d'entres eux ne sont pas libres, les informations importantes qu'ils présentent sont rarement neutres car il sont possédés par des gens puissants clairement en conflit d'intérêt. Les journalistes sont toujours aussi dans une attitude de soumission et de déférence permanente au pouvoir et ne confrontent jamais les hommes politiques face à leurs mensonges et leurs mauvaises actions.

Penser par soi même et observer attentivement le monde

La plupart de vos certitudes proviennent de votre cellule familiale et de votre éducation mais la majorité de votre éducation, du moins de la maternelle au baccalauréat est dispensée par l'Etat (le Gouvernement du moment) et les gens en charge du gouvernement sont les personnes qui sont payées, depuis la signature du TFUE en 1992, à s'agiter, à faire de la figuration et à maintenir le système en place. C'est un cercle vicieux! Pour commencer à sa révolution personnelle, il faut premièrement apprendre à penser par soi-même et pour commencer par penser par soi-même, il faut avant tout posséder une vision claire de la situation et pour cela il faut observer "tout ce qui se passe". Comment les hommes politiques agissent, ce qu'ils font par rapport à ce qu'ils disent, leur relations avec tels groupes, comprendre leur intérêt etc...  Cette observation constante, ce recul sur les choses passe aussi par l'obtention de bon nombres de connaissances solides en histoire, en politique, en géo-politique, en économie et d'autres domaines, choses qu'on survole et déforme à l'école et dans les médias. C'est à nous de nous débrouiller, nous devons devenir nos propres professeurs et nous devons avoir l'exigence de rechercher ces véritables informations afin de saisir tous ces enjeux ; même si ces enjeux vous paraissent dérisoires ou que vous avez l'impression qu'ils ne vous concernent pas, laissez-moi vous dire qu'un jour où l'autre ils deviendront vitaux pour chacun d'entre nous! Il n'y a pas que les êtres humains qui meurent, les civilisations meurent aussi et nous risquons ces prochaines décennies de connaître des changements majeures, il en va donc de notre devoir de tout faire pour que les choses changent dans la bonne direction.

Ce n'est pas une fois que vient le froid glacial de l'hiver qu'il faut commencer à se tricoter un vêtement chaud. Ce vêtement chaud représente l'étendu de votre savoir, votre champs de perception des choses ; plus vous saurez de choses sur les systèmes coercitifs et injustces qui dirigent vos vies, plus grandes seront vos aptitudes pour pouvoir un jour les contrecarrer, vous protéger et avoir une vie meilleure. Pensez-y, si vous laissez toutes ces injustices se dérouler sans essayer de les comprendre, sans essayer d'influer dessus en vous disant par exemple que tout ça ne vous concerne pas, que tout est perdu d'avance ou que vous n'êtes pas assez important pour faire changer les choses, cela équivaut à laisser passer la fin de l'été (votre insouciance, votre vie agréable du moment) et d'attendre le froid de l'hiver toujours en maillot de bain. Croyez-moi ce futur là vous ne voulez pas le connaître. Pourtant, des millions de gens de part le monde le connaissent et sont déjà à poil dans le froid! C'est à nous de faire la différence. Nous n'avons aucune excuse valable pour ne pas nous investir plus dans la vie politique notre pays si ce n'est de fortes motivations égoïstes et égocentriques. La politique peut se faire à notre échelle, en dehors des plateaux de télévision, des grandes radios et des élections théâtralisées qui ne servent à rien à part maintenir l'illusion d'une fausse démocratie.

L'écrivain Aldous Huxley a écrit un jour : "La dictature parfaite serait une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s'évader. Un système d'esclavage où, grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l'amour de leur servitude." On y est! "Panem et circenses", du pain et des jeux comme on disait il y a plus de 2500 ans... Toujours plus nombreux, les divertissements futiles que l'on vous propose sont là pour vous occuper l'esprit après votre journée de travail afin de vous empêcher de vous interroger sur le pourquoi de la situation.

Nos hommes politiques sont coupables mais nous sommes également coupables en les élisant ou en les laissant faire, nous avons les dirigeants que nous méritons! Il est certain aujourd'hui que Juppé ou Sarkozy, Hollande et le Pen seront les candidats à la présidentielle de 2017 et que le Pen sera au deuxième tour. Or personne ne veut réellement de ces gens là, la majorité du pays ne veut pas que ces personnes représentent et conduisent notre pays, sauf que nous n'aurons pas le choix! Ces personnalités nous sont imposées à cause d'un système de règles édictées par ceux-là même qui détiennent le pouvoir. Les citoyens ne peuvent absolument pas choisir des co-citoyens qu'ils estimeraient dignes et compétents pour les représenter ni sanctionner les agissements de ceux qui exercent le pouvoir actuellement. La démocratie au XXIe est une chimère.

Lâchez les réseaux sociaux inutiles ou plutôt conservez-les car c'est un privilège mais servez-vous en de manière utile, délaissez les émissions de tv débiles, les conversations stériles, les soirées futiles, achetez des livres, lisez des rapports, allez voir des conférences, assistez à des débats, documentez-vous, essayez de faire changer les choses, d'apprendre des choses et de les transmettre aux autres, investissez-vous!

Merci de votre attention.








1 commentaire:

  1. Felicitations pour ce travail, néanmoins je cherchais des examples de décision de la commission.

    RépondreSupprimer